Edito

NON, MONSIEUR  SARKOZY, LES  HARKIS  NE  SONT  PAS  DES "TRAITRES" !

Commentant la débâcle annoncée pour son parti  "Les Républicains", M. Nicolas Sarkozy, ancien Président de la République, s'est cru autorisé à déclarer à ses proches  que "dans le raz-de- marée pour Macron, il y a quelque chose de bon : une telle majorité, à ce point, nous protège dans la mesure où ils n'auront plus besoin de Harkis pour se joindre à eux".

Ce faisant, il sous-entend que tous ses amis du parti LR, tentés par l'aventure macronienne, seraient des traîtres ou des collabos, prêts à se ranger au côté du plus fort.  

L'arrivée sur la scène politique du parti "En Marche" a déjà permis de dévoiler le vrai visage de certains caciques du Parti Socialiste ; elle nous donne, aujourd'hui, l'occasion de vérifier ce que pense réellement M. Sarkozy des Harkis.

Ainsi, pour cet ancien Président de la République, les Harkis ne seraient que des hommes sans foi, ni loi, prêts à se vendre au plus offrant.

Curieux raisonnement pour cet ancien candidat à l'élection présidentielle de 2012 qui, à  ce moment là, reconnaissait la responsabilité de la France dans l'abandon des Harkis pour affirmer ensuite, en 2016, après la reconnaissance officielle de M. François Hollande, que "les Harkis ont été trahis par la France".

Faut-il croire que M. Sarkozy est très sensible aux variations climatiques et à la force du vent ?

La trahison semble, en tous cas, une idée fixe chez ce dernier, lui qui a trahi son mentor, Jacques Chirac, au moment de l'élection présidentielle de 1995,  pour rejoindre Edouard Balladur...

Non, M. Sarkozy, les Harkis n'ont jamais été des mercenaires mais simplement des hommes qui ont été recrutés massivement par la France et instrumentalisés avec le double objectif d'épargner les vies européennes et de manipuler les populations les unes contre les autres.

Et c'est bien un certain Général De Gaulle, qui inspire tant votre parti, qui a, ensuite, abandonné ces dizaines de milliers soldats qui avaient combattu pour la France et qui ont été massacrés dans les pires conditions !

Quelle mouche a donc piqué l'ancien Président qui sème, aujourd'hui, la discorde comme l'avait fait avant lui, un autre Président, M. Bouteflika qui avait alors comparé les Harkis aux "collabos"?

Nous pouvons comprendre, qu'en Algérie le mot Harki ait pris cette connotation de "traître".  L'écriture de l'histoire nationale algérienne qui s'apparente beaucoup plus à de la propagande d'Etat, n'a de cesse de stigmatiser les Harkis en les faisant passer pour des traîtres à la Nation, Nation qui, rappelons-le, n'avait jamais existé jusqu'au 19 mars 1962 !

Le glissement sémantique qui s'est opéré en Algérie, où les termes de Harkis et de "traîtres" sont indifférenciés, est incompréhensible, ici, en France, où les historiens ont une approche beaucoup plus scientifique dans leurs démarches.

M. Sarkozy, ancien Président de la République, a le devoir d'éviter ce genre d'amalgames qui crée la confusion dans l'esprit des citoyens. Il lui incombe, également, de ne pas remettre en cause tout le travail de mémoire, mené depuis quelques années par l'Office National des Anciens Combattants, pour la réhabilitation des Harkis.

 

FAIRE CESSER CES DERIVES PAR TOUS LES MOYENS !

Tous les militants de la cause Harki se doivent de réagir face à ces attaques ignobles et insultantes pour la mémoire de nos parents.

Nous devons tous constater que certaines idées reçues ont la vie dure et que l'image du "Harki collabo" est toujours bien présente dans l'opinion publique mais, plus grave encore, dans l'esprit de notre élite politique.

Les amalgames qui sont faits entre les évènements de la guerre d'Algérie et ceux qui ont eu cours durant la seconde guerre sont irresponsables et totalement farfelus d'un point de vue historique.

Nous ne devons plus tolérer ces propos discriminants et insultants et recourir, s'il le faut, à la Justice pour faire cesser ces dérives.

L'article 5 de la loi du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés est censée protéger les Harkis de "toute injure ou diffamation en raison de leur qualité vraie ou supposée de harki, d'ancien membre des formations supplétives ou assimilés".

La tristement célèbre "affaire Frêche" a démontré l'inutilité de cette loi qui n'est qu'un texte démagogique, ne prévoyant aucune sanction en cas de manquement à la règle édictée.

L'ancien président de la région Languedoc-Roussillon, aujourd'hui décédé, avait été relaxé par la Cour d'Appel de Montpellier qui a considéré, à juste titre, que la loi du 23 février 2005 et son article 5 n'étant pas assortis de sanction, M. Frêche ne pouvait être condamné pour injure à caractère racial.

Dans l'affaire qui nous concerne aujourd'hui, il conviendra donc, pour toutes celles et tous ceux qui souhaitent saisir la Justice, d'éviter la même erreur qui avait été commise lors du choix de la qualification des faits à retenir.

L'article 5 de la loi du 23 février 2005 étant inopérant, la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse qui sanctionne la diffamation et l'injure publique semble la plus appropriée.

 Dans le cas présent, il s'agit vraisemblablement de diffamation (Toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation).

 

Le Collectif National Justice pour les Harkis soutient la démarche proposée par de nombreux militants qui souhaitent qu'une plainte soit déposée dans tous les  départements, le même jour, par les associations locales.

 

AGISSONS TOUS ENSEMBLE POUR LA DIGNITE ET LE RESPECT DE

LA MEMOIRE DE NOS PERES !

 

 

Vous pouvez faire part de votre mécontentement auprès des responsables du parti "Les Républicains" en téléphonant au 01 40 76 60 00 ou en envoyant un e-mail à l'adresse suivante   federation@les-republicains.paris



Poursuivre le combat d'Abdelkrim

Bulletin d'Adhésion
Adhérez au Collectif Justice pour les Harkis
BA CJH2017.pdf
Document Adobe Acrobat [493.7 KB]

Actualités

ELECTIONS LEGISLATIVES 11 ET 18 JUIN 2017 LETTRE AUX CANDIDATS
Lettres candidats Législatives 2017.pdf
Document Adobe Acrobat [214.6 KB]
Charte Nationale des Harkis
Charte 2017 version finale.pdf
Document Adobe Acrobat [254.2 KB]
Lettre D'engagement à destination des candidats aux Législatives 2017
Engagement.pdf
Document Adobe Acrobat [208.3 KB]

Commentaires

Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires
  • Farid K (dimanche, 16. juillet 2017 19:27)

    Le site Mémoires Harkis de Nantes
    déménage.
    Le vaste travail documentaire effectué par Mohamed est maintenant
    disponible à l'adresse suivante :

    http://www.harkinantes-1962.fr/

  • lebguiret (mardi, 25. avril 2017 12:28)

    Bonjour à vous,je vous remercie et vous félicite de vos engagements durables et bénéfiques, pour la population HARKIE, la détermination véritable fait jour à l' espérance, que les politiques et la justice recouvrent la vérité historique. Avec vous pour des lendemains d' informations sur le devenir de nos familles. Bien cordialement FRANCETTE LEBGUIRET.

  • benchadi (mercredi, 19. avril 2017 15:35)

    merci de proposer une alternative aux actions menées en faveur des harkis, et de mettre en place cette procédure qui je l'espère sera le déclenchement de la grande action des harkis. Je vous soutien dans cette démarche et en ce sens, je serai volontaire pour bâtir l'avenir des Harkis

  • Mohamed (mardi, 18. avril 2017 18:16)

    Bonjour et bravo pour votre site.
    Il est dorénavant visible ici:
    http://memoireharkidenantes.weebly.com/harki-news.html
    En vous souhaitant tout mes voeux de réussite pour les mobilisations et combats à venir.
    Mes encouragements les plus sincères.
    Mohamed, Nantes

 

 

Liens externes