LE CHANGEMENT DANS LA CONTINUITE !!!

C'est par un communiqué de presse diffusé le 23 janvier 2018 que nous avons appris que la première réunion du "groupe de travail Harkis" s'est tenue, ce jour là, à l'Hôtel national des Invalides. Cette rencontre en a surpris plus d'un, car la liste des représentants des Harkis et de leurs familles n'a jamais été annoncée officiellement par les services de MME Darrieussecq. Tout se déroule, encore une fois, dans l'opacité et avec la même façon de faire des pouvoirs publics quand il s'agit d'aborder la question de la Reconnaissance et de la Réparation qui nous sont dues . Ce nouvel  épisode de la question Harki sous l'ère Macron nous fait croire que rien n'a vraiment changé ! Le problème Harki est un sujet secondaire qu'il faut expédier au plus vite et si Réparation, il y a, nous pouvons craindre qu'elle ne  soit pas à la hauteur de l'ensemble des préjudices subis !

"Ecoute maximum" ???

Que ce soit lors de la campagne présidentielle ou à l'occasion de la rencontre du Chef de l'Etat avec deux délégations de Harkis, le 25 septembre 2017, l'accent avait été mis sur la nécessité d'une véritable concertation avec les associations Harkis.

Le "contrat de devoirs" établi peu de temps avant le 1er tour de l'élection du Chef de l'Etat, indiquait que M. Macron "donnera des directives au Secrétaire d’Etat au Monde Combattant et à la Mémoire afin qu’il assure une mission d’écoute maximum".

Quelques mois plus tard, le Président réaffirmera sa volonté de "travailler ensemble pour aller au bout de ce qui doit être fait par la République", ajoutant : "Je souhaite que ce soit fait le plus rapidement possible, que nous en définissions ensemble les tenants et les aboutissants".

Il faut croire que tout le monde n'a pas la même conception du dialogue !

Pouvons-nous parler d'écoute et de dialogue quand les courriers adressés à certains membres du Gouvernement mettent plusieurs mois pour obtenir une réponse très évasive où l'on élude les questions précises qui avaient été posées au sujet de la Réparation qui nous est due ?

Où sont la concertation et la transparence dont on nous parle quand nous voyons dans quelles conditions a été mis en place ce "groupe de travail" ?

De quelle représentativité parlons-nous lorsque la part belle est faite dans cette commission à un certain groupe qui est loin d'avoir l'assentiment de l'ensemble des Harkis et de leurs familles ?

Visiblement, les critères de représentativité pour le monde associatif Harki sont beaucoup plus subjectifs qu'ailleurs et Mme Darrieussecq ne semble pas accorder trop d'importance à la capacité (ou l'incapacité) des membres qui ont été désignés pour parler pour tous les Harkis et leurs familles, en connaissant les tenants et les aboutissants du dossier !  

 

Réparation intégrale des préjudices subis !

Nos "représentants" qui ont été nommés par le pouvoir en place doivent maintenant assumer pleinement leurs responsabilités.

Ils doivent d'abord comprendre, qu'avant toute chose, il convient de faire acter par ce gouvernement "les responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des Harkis, des massacres de ceux restés en Algérie et des conditions inhumaines des familles transférées dans les camps en France" telles qu'elles ont été admises par l'ancien Président, M. François Hollande.

Les membres Harkis de cette commission doivent faire respecter l'engagement pris par M. Macron dans le "contrat de devoirs avec les Harkis" et donner une portée juridique à cette reconnaissance qui n'est pour le moment qu'une belle déclaration symbolique.

Si cette RECONNAISSANCE n'est pas admise par le nouvel exécutif, il n'y aura pas de REPARATION INTEGRALE de TOUS les préjudices subis.

D'ailleurs, il suffit de lire le communiqué du Secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants pour se rendre compte du décalage qui existe entre notre conception de la Réparation et celle envisagée par ce gouvernement.

Extraits : "il s’agira « d’évaluer les dispositifs de reconnaissance et de réparation existants », de « prendre en compte la situation socio-économique des harkis ».

Une étude sociale, demandée par Mme Darrieussecq, est actuellement en cours pour ce faire -, et « proposer des mesures afin de permettre la préservation de la mémoire et une réparation adaptée aux situations diverses que rencontrent les harkis et leurs familles ».

Le groupe de travail Harkis se réunira autant de fois que nécessaire, entendra toutes les personnalités qu’il jugera utile et rendra ses conclusions en mai 2018. Lesquelles pourront servir de base à un nouveau plan d’action en faveur des harkis.

"Evaluer les dispositifs de reconnaissance et de réparation" ? A l'heure actuelle, il n'existe aucun dispositif de réparation, digne de ce nom : les "allocations forfaitaires" accordées à nos parents en 1987 et 1994 ne sont ni plus, ni moins, que des prestations sociales visant à réduire la précarité endurée par les Harkis et leurs familles et l'inégalité de traitement qui a toujours existé entre les "Rapatriés d'origine européenne" et ceux que les pouvoirs publics nommaient "les Rapatriés d'origine Nord-Africaine".

 

 

"Réparation adaptée aux situations diverses" ? Le principe de la réparation intégrale a été posé par le Conseil de l’Europe dans une résolution du 14 mars 1975 aux termes de laquelle "la personne qui a subi un préjudice a droit à la réparation de celui-ci, en ce sens qu’elle doit être replacée dans une situation aussi proche que possible de celle qui aurait été la sienne si le fait dommageable ne s’était pas produit".

Il ne s'agit pas d'octroyer une quelconque indemnisation forfaitaire qui ne repose sur aucun élément objectif. La réparation intégrale des préjudices subis suppose donc qu'il y ait, au préalable, un travail sérieux qui soit fait permettant de déterminer tous les postes de préjudice et qu'ensuite des principes d'indemnisation soient définis en concertation (procéder à une expertise pour chaque cas étant une mission complexe et très longue).

"Conclusions à rendre en mai 2018, lesquelles pourront servir à un nouveau plan d'action" :  le calendrier fixé par Mme Darrieussecq qui doit traiter la question de la Réparation (et de la mémoire...) témoigne de cette volonté de se débarrasser, au plus vite, de cette question épineuse. Qui peut croire, qu' en l'espace de quatre mois, le travail qui doit être fait sur l'évaluation des préjudices en rapport avec toutes les fautes commises dès la fin de la guerre et résumées dans la déclaration de M. Hollande , l'étude de la situation socio-économique des Harkis et de leurs familles à ce jour (le sociologue désigné dans cette commission a sûrement des pouvoirs surhumains !), les modalités de mise en œuvre des indemnisations, etc. puissent se réaliser sérieusement ?

Il est inacceptable que toutes les atteintes à la personne endurées par la première et la seconde génération de cette catégorie de citoyens Français, n'aient pas été indemnisées eu même titre que nos compatriotes Juifs qui ont subi, comme nous, la relégation dans des camps d'enfermement et autres lieux d'exclusion, véritables espaces totalitaires, qui a entraîné des séquelles psychiques toujours présentes.

Il est tout aussi scandaleux que l'inégalité de traitement qui perdure  en matière de réinstallation et d'indemnisation des biens perdus ou spoliés en Algérie, ne soit toujours pas évoquée. La réparation obtenue par nos compatriotes "Pieds-Noirs" ce qui leur a permis de pouvoir se réinsérer socialement et économiquement sur le territoire métropolitain est un dû incontestable pour les Harkis et leurs familles.

Le préjudice économique qui existe pour les enfants de Harkis qui n'ont pas la même place au sein de la Nation que les enfants de "Rapatriés d'origine européenne" est indéniable et doit, également, être réparé.

 

Tous ceux qui affirment être légitimes pour porter la parole des Harkis et de leurs familles doivent rappeler tous ces faits et toutes nos exigences dans cette commission.

Espérons qu'ils en soient capables...

Poursuivre le combat d'Abdelkrim

Rapport "Aux harkis la France reconnaissante"

Rapport "Aux harkis la France reconnaissante"
Rapport-aux+harkis-la-France-reconnaissa[...]
Document Adobe Acrobat [2.7 MB]
Bulletin d'Adhésion
Adhérez au Collectif Justice pour les Harkis
BA CJH2017.pdf
Document Adobe Acrobat [493.7 KB]

Argumentaire

Téléchargez
Argumentaire+asso+projet+collectif+2018.[...]
Document Adobe Acrobat [867.9 KB]

 

 

Liens externes