Edito du 8 mai 2017

 

 

Présidentielle 2017 : enfin le changement ?

 

Les facéties de l'Histoire...

 

M. Emmanuel Macron devient le 8ème Président de la Vème République avec  65,8 % des suffrages exprimés contre 34,2 % obtenus par Mme Le Pen.

Nous retiendrons aussi que l'abstention atteint un record avec une estimation à 25 % que la France n'avait pas connu depuis 1969 !

Ajoutons les 10 % de votes blancs ou nuls qui constituent aussi un record et nous arrivons à un total de 35 % d'électeurs qui n'ont pas voulu se prononcer pour l'un ou l'autre candidat, soit plus d'un Français sur trois !!!

Petit rappel historique : cette Vème République est née de la guerre d'Algérie et de la mise en place de la nouvelle Constitution de 1958 voulue par un certain Charles De Gaulle, appelé à la rescousse et qui, quelques années plus tard, abandonnera ses propres soldats qui seront massacrés par dizaines de milliers par les criminels du FLN et les "marsiens", ces pseudos-résistants de la dernière heure.

Ironie de l'Histoire, M. Macron entame le premier jour de son mandat présidentiel, le 8 mai qui correspond à la date anniversaire d'un autre massacre, celui de Sétif, Guelma et Kherrata et qui constituera l'évènement fondateur de l'insurrection nationaliste algérienne.

Là aussi, il est nécessaire de rappeler le contexte de cette tragédie.

Alors que des milliers d'Algériens dont de nombreux soldats engagés contre le nazisme avaient décidé de profiter des célébrations de la fin de la guerre pour réclamer la fin du colonialisme et des droits égaux entre "citoyens d'Algérie", la manifestation de Sétif dégénère et tourne à l'émeute.

S'ensuivra une répression terrible menée par l'armée et des milices locales qui durera plusieurs semaines. Ces crimes de masse qui s'apparentent à un génocide feront plus de quinze mille victimes !

La violence aveugle et disproportionnée qui s'est abattue dans la région constantinoise ressurgira une dizaine d'années plus tard dans toute l'Algérie, tout aussi barbare et  attentatoire aux droits fondamentaux des individus... 

"Le contrat de devoirs d'Emmanuel Macron"

M. Macron va donc présider aux destinées de la France durant cinq ans.

Au-delà des nombreux dossiers qui l'attendent, il en est un qui nous intéresse particulièrement et nous attendons avec impatience de voir de quelle façon, notre jeune Président va traiter toutes les questions relatives à la guerre d'Algérie qui, plus de cinquante ans plus tard, ne sont toujours pas réglées, à commencer par celles qui concernent les Harkis et leurs familles.

Rappelons les engagements pris par M. Macron et son conseiller spécial, M. Bernos, sur le dossier Harki qui se résument en trois thèmes, DEVOIR DE RECONNAISSANCE, DEVOIR D'ECOUTE et DEVOIR DE SOUTIEN.

Nous avons eu l'occasion de détailler dans notre précédent édito, les mesures que M. Macron compte prendre en faveur des Harkis et de leurs familles mais nous avons surtout pointé du doigt les nombreuses lacunes du "Plan Macron" pour les Harkis.

La réparation des fautes commises et admises par l'Etat Français semble bien en-deçà des attentes légitimes qui sont les nôtres.

Il serait incompréhensible que notre tout nouveau Président qui reprend à son compte la déclaration du Président sortant qui a admis "de manière claire, la responsabilité des gouvernements français dans l’abandon des Harkis, dans les massacres de ceux restés en Algérie, et dans les conditions d’accueil inhumaines des familles transférées dans les camps en France" ne mette pas en œuvre toutes les mesures de réparation qui s'imposent.

 

L'unité et la détermination du mouvement Harki doivent s'exprimer maintenant.

Les prochaines semaines seront déterminantes et nous aurons l'occasion de vérifier s'il existe une réelle volonté de régler les nombreux problèmes qui subsistent chez les Harkis, leurs veuves, les femmes divorcées et leurs enfants et mettre fin à cette discrimination qui dure depuis trop longtemps.

Le Collectif National Justice pour les Harkis continuera d'agir pour qu'un véritable dialogue s'instaure entre les pouvoirs publics et les représentants de la "communauté Harki" et que nous soit enfin accordée la nécessaire et juste réparation qui nous est due.

Le Collectif National Justice pour les Harkis invite tous les militants de la cause Harki à s'emparer de la charte nationale mise à disposition sur notre site Internet et à la porter dans toutes les discussions que nous pouvons avoir avec les pouvoirs publics et les élus.   

 

 

 Collectif Justice Pour Les Harkis

Poursuivre le combat d'Abdelkrim

Rapport "Aux harkis la France reconnaissante"

Rapport "Aux harkis la France reconnaissante"
Rapport-aux+harkis-la-France-reconnaissa[...]
Document Adobe Acrobat [2.7 MB]
Bulletin d'Adhésion
Adhérez au Collectif Justice pour les Harkis
BA CJH2017.pdf
Document Adobe Acrobat [493.7 KB]

Argumentaire

Téléchargez
Argumentaire+asso+projet+collectif+2018.[...]
Document Adobe Acrobat [867.9 KB]

 

 

Liens externes